Le nouveau nom

by - dimanche, juillet 09, 2017


Je retrouve sur le sable immaculé des plages de Naples deux héroïnes de deux vies se mêlant, se rejoignant ; l’une se tait, l’autre hurle ; Lila et Elena ensemble contre les tempêtes de cette humanité tourmentée. Elles ont grandi, tandis que l’une se lance dans l’aventure sentimentale d’un mariage violent, criminel, l’autre s’élance à cœur perdu, à âme striée de souffrance et de jalousie dans les études, pour noyer cette tornade de sentiments dramatiques. Elles se sont embellies, elles affrontent le monde et leur idiotie dans leurs failles, leurs faiblesses, leur essence même qui les rende humaine, sublimes. Nymphes des eaux échouées d’un paradis enfantin emmêlé de relent d’enfer, maintenant elles combattent la maturité, l’âge de jeune adulte, ces moments où l’on se dit que la vie est vaine. Elena Ferrante parle à toutes les populations, à toutes les générations, grâce à sa saga, elle puise de son observation la résilience et l’espoir.


"J'ai compris seulement par la suite que si je sais être tranquillement malheureuse, c'est uniquement parce que je suis incapable de réactions violentes, je les crains et préfère reste immobile à couver ma rancœur."


Quand Elena envie Lila pour son beau mariage à l’apparence féérique, elle rêve d’épouser un homme qu’elle n’aime pas. Tristesse de la folie sauvage d’une jeune personne ! Des pages de tourment, de plaintes deviennent agaçantes comme si, par moment je me retrouvais tellement, je m’identifiais fortement que le contenu me devenait insupportable. Car j’ai moi-même souhaité, en face de la vie d’une amie, à vouloir vivre la même chose qu’elle, le reflet d’une existence qui ne me conviendrait pas car nous sommes tous différent et ne ressentons pas les mêmes manques. Elena Ferrante m’ouvre les yeux sur la psyché, sur mon intériorité, me pousse dans mes retranchements, mes peurs, mes angoisses. De ces personnages je me sens unie. Elena, ce double du lecteur, cherchant des réponses dans l’écriture, un double je lorsque le lecteur lui, sillonne les phrases, les pages en quête d’une ouverture, d’une vision du monde. Je l’ai détesté, je l’ai haï, je l’ai aimé, je l’ai compris. Si je suis dure envers Elena c’est que je suis dure avec moi-même, ne m’autorisant pas une seule goutte de lamentation ou de jérémiade. 

L’enfance disparait dans les événements traumatisants, effet miroir. Elle est belle Lila dans sa robe de satin, drapée dans ses protections, doux cocon de passion, de colère, de révolte fusant sur les pores de sa peau de lait, elle séduit sans le vouloir, elle qui n’en a rien à faire du monde, qui se sent agressée continuellement par la famille, le mari… Agression… Viol. L’autrice pose les choses en une description survoltée, ça semble normal une nuit de noce n’est-ce pas ? Car, à l’époque, le viol conjugal n’était pas considéré comme un crime, encore aujourd’hui dans l’esprit de certaine personne cela semble inconcevable. Ils se sont mariés, ils doivent assumer. Elle dépiaute le mariage, elle le détruit, elle exile les songes de ces gamines aux regards étoilés d’un prince charmant. L’homme est homme, dans sa bestialité il prend la féminité, dans son complexe d’infériorité, dans son complexe de fierté masculine il vole la femme de sa dignité. Et pauvre Lila doit ramasser, recoller les morceaux, gérer sans aide cet événement se poursuivant, gérer la jalousie mordante de son mari qu’elle exècre plus qu’elle n’apprécie. Elle vit un monstre, avec la silhouette dégueulasse d’un taureau en éruption à chaque fois qu’ils se croisent, courageuse qui se respecte, se protège et cache ses émotions intenses. Même à sa meilleure amie elle n’en parle pas. Elle a raison. Je le dis clairement, je l’explicite en risquant de casser le voile de la compréhension, de la découverte, et j’en suis navrée, mais beaucoup considéreront que c’est normal ce qui se passe. Ça ne l’est pas.



"Parfois, nous nous servons d'expressions absurdes et affichons des poses ridicules afin de dissimuler des sentiments pourtant simples. Aujourd'hui, je sais très bien que dans d'autre circonstances, après quelques circonstances, après quelques résistances, j'aurai cédé aux avances de Bruno. Certes, il ne me plaisait pas, mais Antonio non plus ne m'avait jamais particulièrement plu. En réalité, on s'attache aux hommes peu à peu, sans se demander s'ils correspondent ou non à l'idéal que l'on se choisit dans les différentes étapes de sa vie."


Ecrire pour contrer la politique, pour parler de son pays et de ses dérives sociales ; écrire pour raconter, pour partager réflexions et doutes, poésie et orage. Le féminisme prend un essor considérable, l’âge tendre envolé, le soleil disparait pour laisser sa sœur argentine dans le giron des mains talentueuses de l’autrice. Elle n’a pas besoin de grands mots, de grandes paroles pour nous conter les problématiques de sa patrie, d’humbles scènes romantiques se succédant suffisent. On y parle de femme battue, de domination, de ces échos que l’on retrouve encore aujourd’hui et que l’on ne prend pas la peine de soigner, de baumer. Alors ce livre est important, pour comprendre, pour grandir, pour extérioriser, la catharsis magique se love dans les phrases, dans les instants intenses. Lila devient symbole de ces femmes emprisonnées, à qui on leur dit qu’elles ne sont que corps au lieu d’esprit. 

Elena, de l’autre côté du miroir, acquiert connaissance et savoir, de quoi s’élever contre la tyrannie de l’ignorance. Le deuxième tome ne s’essouffle pas, jusqu’à la fin j’ai retenu mon souffle, agrippant les pages pour connaître, liée comme jamais à un roman contemporain. Par ses mots, par son discours, elle s’exclame pour toutes les femmes, d’un style radicalement différent de Simone de Beauvoir, simple, épuré, elle atteint le tréfonds du cœur du lecteur, le guide, lui donne des éléments pour se construire soi-même, en tant que femme et non objet. Elle éduque les hommes également en ciblant leur manque de couardise, de courage, leur sentiment refoulé car il ne fait pas bon de pleurer quand l’on est viril. Pourtant, homme et femme pourraient se comprendre, se rassurer, se compléter, la fin offre l’espoir d’un futur meilleur. Tout compte fait, nous ne sommes pas différents, justement nous sommes similaires, et l’égalité entre les sexes semble encore une bataille à mener, continuellement.

You May Also Like

6 commentaires

  1. J'ai bien envie de lire le premier tome :) !! Les extraits que tu as mis sont magnifiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier est magnifique, je te le conseille largement !

      Supprimer
  2. Notre lecture de ce deuxième tome est presque synchro, dis donc ! Tu en fais une lecture beaucoup plus personnelle que moi, comme tu le soulignes dans ton commentaire sur mon billet, mais sans doute est-ce en effet à mettre en regard de ton âge plus proche des héroïnes. Comme quoi, chaque livre parle différemment à chaque lecteur, et c'est ce qu'il y a de beau dans la littérature ! Vivement le tome 3 maintenant !
    PS : Rien de tel que ce roman pour conjurer la panne de lecture hein ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si tu écris tes chroniques en retard mais moi je le fais tout le temps... disons que je l'ai lu il y a deux mois ce livre >< Mais oui j'ai lu ton article dessus juste après avoir écris le mien !
      J'ai lu le tome trois mais je le trouve moins bien que les deux autres précédents, parce que les deux personnages ont grandit et que l'autrice essaie d'en mettre trop. Je me suis un peu perdue dans le troisième c'est dommage :(

      Supprimer
  3. Si je comprends bien, l'autrice se distille dans le roman? J'ai entendu dire qu'elle laissait des fausses pistes sur son identité, mais je croyais que c'était en entrevue, pas à même ses romans. J'avoue que ça m'intrigue. J'aime les narrateurs omniscients qui s'échappent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai entendu dire ça aussi, ça me fascine encore plus. Beaucoup disent que ce serait une autobiographie, je pense plus qu'elle y a mis beaucoup d'elle mais en romancé. Ca se sent de toute façon qu'il y a une partie de son âme dans cette histoire. Alors avec cette saga tu vas être ravie !

      Supprimer